Comment marche un contrat d’assurance-vie ?

Une assurance-vie est un placement financier qui offre au souscripteur des avantages intéressants. Il permet au souscripteur de percevoir des revenus complémentaires à la retraite. C’est aussi un moyen efficace pour bâtir un capital financier et un outil efficace pour préparer sa succession, grâce, sous certaines conditions, à l’exonération de l’assurance-vie en cas de succession. Comment faire alors pour épargner avec l’assurance-vie ? 

Les acteurs dans la mise en œuvre d’une assurance-vie

L’assurance-vie est un contrat qui fait intervenir trois acteurs.

L’assuré est en général la personne qui signe le contrat, qui s’engage à verser les cotisations et qui désigne le bénéficiaire. En principe, le souscripteur doit avoir la capacité juridique de contracter un contrat. À défaut, le souscripteur doit être assisté ou représenté. L’assureur peut être le souscripteur lui-même.

L’assureur est la personne morale auprès de qui, l’assurance-vie est souscrite. L’assureur peut être une compagnie ou une société d’assurance, une mutuelle d’assurance ou une institution de prévoyance.

Le bénéficiaire est la personne qui bénéficiera du contrat à son terme. En cas de vie, l’assuré reste le bénéficiaire. En cas de décès, la ou les personnes bénéficiaires sont ceux qui sont désignées dans le contrat.

La souscription à un contrat d’assurance-vie

souscrire-à-un-contrat-assurance-viePour souscrire à une assurance-vie, l’assureur a le choix entre trois contrats.

La souscription à un fonds en euros permet au souscripteur d’investir dans un seul support. Le capital est sûr et garanti, mais le rendement est faible.

La souscription à un fonds en unités de compte permet à l’assuré d’investir dans plusieurs supports d’investissement. Le capital n’est pas garanti, mais la rentabilité est bien meilleure.

Les deux contrats peuvent être combinés par un contrat mixte. Cette technique permet d’avoir plus de rentabilité par rapport à un contrat en fonds en euro, mais sans prendre trop de risque.

L’alimentation d’un contrat d’assurance-vie

En contrepartie du versement d’une rente ou capital à l’assuré ou au bénéficiaire au terme du contrat, le souscripteur doit verser une certaine somme sous forme de capital ou de rente. Le versement peut être périodique (mensuel, trimestriel ou annuel), libre (versement selon son choix) ou unique (le versement se fait en une seule fois).

La récupération des fonds

Pour sortir d’une assurance-vie, le souscripteur peut récupérer les fonds de différentes manières. De son vivant, l’assuré peut récupérer totalement les fonds versés par un rachat total en retirant tous le capital. Le rachat peut aussi être partiel. Ce rachat consiste à retirer une partie des fonds tout en laissant le capital pour continuer à produire des intérêts. Il peut aussi être récupéré sous forme de rente viagère. Pour le bénéficiaire, la récupération se fait au décès du souscripteur sous forme de capital.

Les frais à prévoir pour l’assurance-vie

La souscription à une assurance-vie est assortie à plusieurs frais. Ainsi en est-il des frais d’entrée prélevés à chaque nouveau versement, les frais d’arbitrage, les frais de gestion, les frais de sorties, les frais de transaction, les frais de rente et encore d’autres frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *